Denise et sa première CPJ…

En tant que membre du Parlement de la jeunesse du canton de Berne, j’ai participé pour la première fois à une Conférence des Parlements des Jeunes (CPJ). Cette année, elle avait pour cadre la magnifique ville de Saint-Gall. Grâce à cet évènement, j’ai pu non seulement nouer de nouvelles amitiés mais également m’engager avec d’autres jeunes de la même tranche d’âge.

On entend souvent que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique. La CPJ prouve exactement le contraire ! Pendant trois jours, se sont rassemblé-e-s plus de 170 jeunes venu-e-s de toute la Suisse, d’Allemagne, d’Autriche, de République tchèque, d’Italie, de France et du Luxembourg. Avec des participant-e-s âgé-e-s de 14 ans à 26 ans, toutes les tranches d’âge étaient représentées. Cependant, les participant-e-s ne limitent pas leur engagement à la durée de la CPJ. Toute l’année durant, ils et elles s’engagent en faveur de leur canton ou de leur ville.

Le vendredi soir, le coup d’envoi de la 27e Conférence des Parlements des Jeunes a été lancé. Les discussions, les échanges et le réseautage n’ont pas tardé. Et ce, en allemand, en français et en anglais. La journée de samedi a commencé avec les workshops à l’école cantonale de Saint-Gall. L’objectif était que les participant-e-s puissent transmettre et utiliser ce qu’ils et elles y auraient appris au sein de leur parlement des jeunes. J’ai assisté au workshop « Communication médias ». Bien que j’aie déjà quelques expériences dans les médias, j’y ai appris beaucoup de choses et espère pouvoir appliquer ces nouvelles connaissances dans le cadre de mon PJ.

Après la pause de midi, la journée s’est poursuivie avec les excursions dans la région. Nous avions le choix entre une visite de la ville, d’un musée, de la fromagerie de démonstration d’Appenzell ou de la brasserie Schützengarten. Nous pouvions également visiter la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Gall, qui a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, tout comme l’abbaye, en 1983. J’ai opté pour la visite de la ville. Un guide nous a fait découvrir la vieille ville historique et nous a raconté l’histoire de Saint-Gall. Le point fort de l’excursion était l’abbaye de Saint-Gall, construite au XVIIIe siècle.

La fin des excursions a sonné l’heure d’un Speed Debating, où les participant-e-s ont discuté et débattu en petits groupes et à plusieurs tables sur des sujets d’actualité en lien avec la politique suisse, comme le changement climatique, la prévoyance vieillesse ou les jeunes dans le système de milice. Par ailleurs, des politicien-ne-s et des expert-e-s convié-e-s à l’évènement se tenaient à disposition pour répondre aux questions des participant-e-s.

Le samedi s’est achevé par la grande fête de la CPJ. L’occasion de décompresser après cette longue journée sur le rythme des musiques du DJ. Tou-te-s ensemble, nous avons dansé en cercle et chanté en chœur. Après seulement quelques heures de sommeil, il était déjà l’heure de se lever. Encore très fatigué-e-s, nous avons eu droit à un brunch bien garni, avant de nous rendre à la Salle du Grand Conseil pour le plénum. Tout d’abord, les deux conseillers aux États Andrea Caroni et Benedikt Würth ont donné un discours. J’en ai ensuite appris plus sur la FSPJ et son offre à travers un petit quiz, et notamment sur engage.ch, qui promeut l’engagement des jeunes au sein des communes.

Lors du plénum, Nyon a été désignée comme ville hôte de la prochaine CPJ. Je me réjouis donc déjà de la CPJ 2020.

En attendant, nous continuons à nous engager pour faire entendre la voix des jeunes en Suisse. Avec trois autres PJ, mon PJ organise une session cantonale des jeunes, qui aura lieu au 21 novembre 2020 à l’Hôtel du gouvernement (Rathaus) à Berne.

 

Rétrospective d’un civiliste

Quel est le point commun entre la Formation de direction et une éponge ?

Que se passe-t-il lorsque on laisse deux groupes de jeunes très motivé-e-s discuter de relations publiques, des canaux de communication, des réseaux sociaux, de la protection des données, du travail de campagne et de l’autogestion pendant un week-end entier au centre de Zurich ou de Lausanne ? Il en ressort des discussions passionnantes et beaucoup de nouvelles connaissances, qui sont absorbées de toutes parts. C’est comme plonger une éponge sèche dans une piscine remplie d’eau !

C’est ainsi que s’est déroulé le premier week-end de la Formation de direction jeunesse + politique. Si à première vue, le programme pouvait sembler un peu sec, il s’est en fait avéré tout à la fois instructif et divertissant. Saviez-vous qu’avec un peu de chance, on peut publier une demi-page de publicité gratuitement dans le 20 Minutes ? Ou qu’on peut télécharger toute une quantité d’images libres de droits sur unsplash.com, et les utiliser à sa guise? Ou encore qu’il est possible de tenir une allumette brûlante d’une façon telle que l’on peut ensuite parler pendant une durée presque infinie ? D'accord, ce dernier point ne fait pas nécessairement partie des connaissances de base d’une personne de direction. Mais suivant la situation, ça peut-être bon à savoir !

En plus de ces trucs et astuces utiles aux personnes de direction, de solides connaissances ont également été transmises. Certain-e-s ont pu constater qu'ils et elles font déjà beaucoup de choses justes, sans toutefois prêter attention aux concepts qui sous-tendent leur travail. Qu’à cela ne tienne ! Dans la direction politique d’organisation comme dans le quotidien professionnel, le travail s’améliore avec l’acquisition de bases théoriques. Cela permet par exemple de planifier une campagne de façon plus structurée, puis de tirer les bonnes conclusions du succès qui devrait s’ensuivre. Et en parlant de campagne: le Junge Rat Basel a récemment conduit une super campagne, qui a récolté beaucoup d’attention. Jetez-y un coup d’œil : Wahlen 2019 – Informier dich besser!

Que reste-t-il encore en mémoire ? Beaucoup de nouvelles connaissances, des conversations passionantes, la découverte de nouvelles valeurs, des débats politiques animés et un plein bagage de compétences fraichement acquises. Vivement le prochain week-end !

« Mission election » completed ?

En cette année électorale 2019, l’équipe youpa s’est alliée à douze PJ pour relever la « Mission election » à travers une série d’évènements organisés dans toute la Suisse :

  • Objectif : attirer plus de jeunes aux urnes
  • Agent-e-s : les jeunes parlementaires
  • Complices : les (jeunes) politicien-ne-s suisses
  • Deadline : le 20 octobre 2019

Avec ces douze parlements des jeunes, nous avions la composition parfaite pour relever la « Mission election » : 15 évènements ont permis de sensibiliser les jeunes aux élections fédérales du 20 octobre. Divers formats, comme des débats, des tables rondes, des bars d’élections et des apéros, ont donné l’occasion aux jeunes parlementaires de transmettre leur passion pour la politique à tou-te-s les participant-e-s.

PARTICIPATION

C’est le Jugendparlament Kanton Zürich qui a donné le coup d’envoi de la « Mission election ». Dans son discours d’ouverture, Yvonne Bürgin, présidente de la fraction du PDC au Grand Conseil zurichois et marraine du Jugendparlament Kanton Zürich, a déclaré que tout le monde utilisait volontiers la participation comme prétexte, mais que personne ne savait vraiment où la placer. Ce n’est pas le cas de la FSPJ, qui la place au centre de ses préoccupations ! Ainsi, les participant-e-s aux différents évènements ont eu la possibilité de s’entretenir personnellement avec les jeunes politicien-ne-s et candidat-e-s aux sièges parlementaires. Qui sait, derrière certain-e-s organisateur-trice-s des PJ se cachent peut-être une future conseillère nationale ou un futur conseiller aux États !

  • Sensibilisation aux élections à travers les évènements « Mission election » : completed
  • Rajeunissement de l’électorat et du Parlement : to be continued

En bref, si la « Mission election » est terminée, les élections fédérales ne le sont pas encore. Si tu souhaites que les jeunes participent non seulement davantage aux élections mais décrochent aussi plus de sièges au Parlement, une seule solution : #votenow !

Tu as à présent toi aussi le feu sacré etet tu souhaites en savoir plus sur les différents évènements de la « Mission election » ? Tu trouveras plus d’informations sur https://fr.youpa.ch/offres/projet-pj/projet-pj-2019

 

Recrutement de nouveaux membres

L’échange estival a eu lieu le 18 mai 2019 à Bellinzone, à Lausanne et à Zurich. Sur les différents sites, nos supporters ont discuté avec les jeunes parlementaires de la problématique du « recrutement des membres » et des mesures pouvant être prises pour la simplifier. L’échange estival a porté en particulier sur l’échange d’expériences entre les différents jeunes parlementaires des divers PJ. 

Maintenant, tu te demandes sans doute : pourquoi le recrutement des membres est-il un sujet aussi fastidieux pour de nombreux PJ ? Comment les jeunes ou leurs propres membres sont-ils encouragés à s’impliquer dans des projets et à s’engager à long terme ? 

Au cours de diverses sessions d’ateliers, les participant-e-s à l’échange estival se sont penché-e-s de manière intensive sur cette problématique et ont travaillé ensemble pour trouver diverses solutions.

Il est bien connu qu’il devient de plus en plus difficile pour les associations de recruter des membres. L’évolution de la société et la manière dont la population et en particulier la jeune génération souhaite s’engager obligent les associations et les parlements des jeunes à repenser leurs organisations, structures et activités. Néanmoins, les parlements des jeunes ne sont pas à la merci de ces facteurs externes. Bien qu’un PJ ne puisse pas changer la façon dont la société évolue d’une manière générale, des mesures peuvent être prises pour répondre aux souhaits de la nouvelle génération. 

L’échange estival a montré que les PJ ne sont pas nécessairement confrontés aux mêmes défis. Les défis les plus courants auxquels les PJ sont confrontés sont :

  • Éveiller l’intérêt des jeunes : les jeunes ne savent généralement pas ce qu’est un PJ et qu’un tel engagement peut être amusant.  
  • Ressources financières ou personnelles insuffisantes : dans de nombreux cas, les PJ n’ont pas assez de ressources personnelles et financières pour mettre en œuvre des projets ou des événements et atteindre ainsi les jeunes.
  • Enthousiasmer les jeunes pour les projets et les actions de PJ : peu de jeunes veulent s’engager aujourd’hui dans une cause à long terme et associent un tel engagement avec beaucoup de temps et de travail. Le temps manque, la liste des passe-temps est longue et l’enthousiasme pour devenir actif dans un PJ est limité. 
  • Les propres membres ne restent pas actifs longtemps : un grand nombre de membres quittent le PJ après seulement quelques mois ou un an.

 

Comme il s’est avéré dans l’échange entre les jeunes parlementaires, la problématique connaît différente causes.

Les défis énumérés découlent de différentes causes : 

  • Intérêt : en particulier avec la jeune génération d’aujourd’hui, qui semble très occupée, il est difficile d’évaluer ses besoins et la mesure dans laquelle elle accomplie ses devoirs. 
  • Manque de ressources :de nombreux PJ estiment qu’ils ne reçoivent pas le soutien financier des cantons et des communes nécessaire pour organiser de bonnes actions et attirer ainsi des membres. En outre, les petits PJ pensent qu’ils sont désavantagés par rapport aux PJ cantonaux et de grandes villes au niveau des cantons et des communes en raison de leur notoriété. 
  • Enthousiasmer les jeunes :de nombreux jeunes s’intéressent à la politique ou aux thèmes politiques, comme l’ont montré les derniers sondages. Toutefois, ces sondages ont également prouvé que les jeunes ne sont pas très intéressé-e-s par des engagements comme ceux au sein d’un PJ. Il est important de les acquérir et d’essayer de conserver les membres des PJ pour qu’ils ne partent pas après un ou deux ans.
  • Collaboration entre les organisations :la plupart du temps, les communes possèdent différentes associations ou organisations de jeunesse qui n’ont aucun problème pour recruter des jeunes. Du point de vue des jeunes parlementaires, la collaboration avec les écoles et les autres institutions peut également être améliorée.
  • Intérêt :accroître l’intérêt des jeunes pour la politique par diverses actions intéressantes dans la commune ou la zone. Mettre en place des actions qui sont amusantes pour les jeunes et qui montrent que les PJ ne font pas que mener des discussions « ennuyeuses » sur la politique. Organiser des réunions d’avenir ; comment recruter dans un PJ des jeunes qui s’intéressent à la politique ? 
  • Manque de ressources :mieux travailler avec les autorités compétentes pour créer de meilleures conditions, faire un travail de lobbying, mettre davantage de ressources et de soutien à disposition pour le recrutement des membres. 
  • Enthousiasmer les jeunes : attirer l’attention sur les différents avantages des membres d’un PJ, en particulier dans leur vie professionnelle et comme une expérience utile dans leur CV. Les divers autres avantages, tels que la pensée communautaire, doivent être soulignés. Selon nos dernières informations, plus de 60 % des PJ actifs déclarent que leur objectif est de faire bouger les choses avec les jeunes et de faire avancer les choses pour la jeunesse. 
  • Collaboration entre les organisations :trouver une meilleure interaction entre les organisations de jeunesse, y compris entre les PJ et les écoles, afin qu’elles puissent profiter les unes des autres. Éventuellement en réservant un créneau avec les écoles dans certaines matières où les PJ peuvent se présenter et présenter leur travail.

Vous trouverez plus d’informations et de solutions concernant le thème « recrutement de membres » et d’autres thèmes intéressants dans notre brochure de conseil.

 

Huit mesures qui éviteront l’échec à votre projet

Assemblée constitutive d’un PJ, session des jeunes, workshop gratuit pour les jeunes dans la commune ou stand d’information dans une foire : les projets et les événements d’un PJ varient aussi bien au niveau de leur forme qu’à celui de leurs buts. Il ne faut en aucun cas associer le fait que moins de participant-e-s que prévu sont venu-e-s à votre événement à un échec ! Voyez plutôt cela comme une chance d’améliorer vos futurs projets. Il est essentiel d’identifier les défis et les causes des éléments à améliorer afin de pouvoir trouver la solution adéquate pour ne plus les rencontrer. 

Un des grands défis qui se présente dans la mise en œuvre d’un projet est le contrôle et l’utilisation de ressources limitées. Vous avez peut-être un budget serré, une petite équipe de projet ou peu de temps à disposition. D’autres problèmes peuvent apparaître au cours du projet ou après coup :

 

  • moins de participant-e-s que prévu viennent le jour de l’événement ;
  • des participant-e-s annulent au dernier moment, mais vous avez déjà payé le traiteur et l’infrastructure ;
  • le budget explose en raison de frais inattendus ;
  • peu de personnes intéressées viennent au stand de la foire / de l’action ;
  • le parlement des jeunes / le conseil des jeunes / la commission des jeunes ne peut payer ses frais, car les revenus prévus ne rentrent pas.

Les défis mentionnés peuvent avoir diverses causes. Les jeunes générations d’aujourd’hui semblent très occupées, raison pour laquelle il est difficile d’évaluer leurs besoins et à quel point ils accomplissent leurs devoirs. Dans le domaine de l’encouragement de la participation politique des jeunes, les principales causes de l’échec d’un projet sont les suivantes :

 

Gestion du projet :

combien de fois avez-vous eu une idée de projet géniale que vous deviez immédiatement présenter à votre équipe et sur laquelle vous vous êtes tout de suite précipités ? Il peut y avoir des « projets miracles » qui fonctionnent de cette façon.Toutefois, il arrive souvent que la répartition des tâches ne soit pas claire au sein de l’équipe de projet. 

Planification du projet :

de nombreux parlements et conseils des jeunes sont motivés à organiser plusieurs événements. Plus il y a d’événements, mieux c’est, telle est souvent la devise. Il arrive que les membres oublient de discuter des objectifs que vise le projet et de ce qu’il doit permettre de réaliser. Pour quelle raison X est-il mécontent de l’événement et pourquoi Y dit-il que tout s’est passé comme prévu ?

Communication :

les e-mails et le téléphone, c’est ringard ; Instagram et WhatsApp, c’est top… mais peut-être pas pour tous les groupes cibles. Est-ce qu’on aurait dû contacter des orateur-trice-s et des politicien-ne-s par téléphone ou par e-mail ?

Connaissances :

souvent, les jeunes ont des idées géniales, mais n’ont pas les connaissances nécessaires pour les réaliser. Vous organisez par exemple un Speed Debating sans inviter de spécialistes pouvant donner un point de vue technique. Ou alors une des personnes en charge de la modération dans votre PJ est extrêmement timide. Et est-ce qu’un membre de votre PJ a les connaissances nécéssaire pour assurer le financement d’un tel projet ?

Planification du projet :

pour éviter qu’un projet ne soit un fiasco, il est nécessaire d’établir une procédure structurée et planifiée. Déterminez avec votre équipe les objectifs de votre projet / événement et le public que vous voulez toucher. Il est également important de discuter des délais, c’est-à-dire de décider ce qui doit être réglé à quelle date.

Évaluation des risques : 

il est nécessaire d’évaluer à l’avance les risques pouvant survenir afin d’avoir une « trousse de premiers secours » toute prête. Qui participe au projet / à l’événement et de quelle manière ces personnes ou le sujet du projet peuvent-ils influencer négativement le déroulement de la journée ? L’annulation de dernière minute d’un-e orateur-trice peut-elle avoir pour conséquence qu’un-e orateur-trice vous manque le soir de l’événement ? Afin d’éviter ce problème, il vaut la peine d’avoir un-e orateur-trice de réserve.

Gestion du projet :

la personne nommée responsable du projet devrait uniquement se concentrer sur la gestion du projet et ne devrait pas s’impliquer dans son organisation. De plus, il est nécessaire de répartir les tâches entre les membres de l’équipe à l’avance. 

Astuce : réfléchissez bien aux compétences dont chacun-e dispose. Une personne ayant des contacts dans le monde politique devrait par exemple s’occuper de l’organisation et de l’engagement d’orateur-trice-s spécialisé-e-s. Il est également préférable que la personne qui garde un œil sur le budget ait de l’expérience avec les chiffres et la comptabilité. 

Tout réside dans les détails :

ne restez pas uniquement focalisés sur l’essentiel. Demandez-vous sérieusement ce qui est nécessaire à votre événement / projet. Le lieu de l’événement dispose-t-il du matériel technique nécessaire ? Avez-vous clarifié si des participant-e-s ont des allergies avant d’engager le traiteur ?

Réserves : 

prévoyez si possible toujours une période de battement. Y a-t-il suffisamment de temps entre les différents éléments du programme ? Avez-vous la possibilité de trouver des aides au dernier moment ?

E-mail de confirmation :

il est conseillé d’envoyer un e-mail de confirmation aux participant-e-s après qu’ils se sont inscrit-e-s. Cela permet de les remercier de participer au projet / à l’événement et de leur fournir de plus amples informations. Astuce : donnez aux participant-e-s la possibilité d’annuler leur inscription suffisamment tôt. Il devrait être possible de se désinscrire jusqu’à une semaine avant l’événement, selon l’événement organisé.

E-mail de rappel :

envoyer un e-mail de rappel peu de temps avant l’événement permet de transmettre aux participant-e-s les dernières informations telles que l’adresse ou des changements du programme. Il permet également de rappeler qu’il est possible de se désinscrire. Astuce : expliquez aux participant-e-s pourquoi il est nécessaire pour vous qu’ils se désinscrivent suffisamment tôt. Indiquez que vous budgétez l’événement et que vous prévoyez les boissons à l’avance, et que vous leur réservez une place. Il n’est pas évident de repourvoir leur place s’ils se désistent au dernier moment.  

Communication :

il est essentiel d’axer la communication en fonction du groupe cible, que ce soit pour promouvoir un projet ou un événement. Quel canal de communication utilisez-vous pour toucher votre public ? Est-ce qu’il vaut vraiment la peine de distribuer des flyers en gare de Zurich pour un événement qui se tiendra dans l’Oberland bernois ?

Malgré toutes ces astuces, il faut garder à l’esprit qu’un imprévu peut toujours survenir. Il est impossible de contrôler que toutes les personnes inscrites se présentent réellement à l’événement. Une fois le projet terminé, vous avez toutefois la possibilité d’étudier la cause de l’échec :

 

Chercher des contacts :

est-ce que certain-e-s participant-e-s ne sont pas venu-e-s à la manifestation sans s’être désinscrit-e-s au préalable ? Cherchez à savoir pour quelle raison. Envoyer un bref e-mail à la personne absente en indiquant que l’événement a bien eu lieu, mais que vous ne l’avez malheureusement pas vue peut inciter cette personne à vous expliquer le motif de son absence. Il y a peut-être eu un problème lors de la désinscription ou alors elle a tout simplement oublié la date. Soyez ouvert-e-s aux critiques et n’en voulez pas aux personnes qui ne vous répondent pas.

Feedback :

après l’événement, vous devriez demander aux participant-e-s de vous envoyer un feedback par écrit. Si vous n’avez les moyens nécessaires de le faire, vous pouvez aussi demander le feedback par oral directement après l’événement. 

Réflexion personnelle :

émettez votre événement / votre projet en question de manière critique. Avez-vous fait suffisamment de publicité pour votre événement ? L’avez-vous faite suffisamment tôt ? Le lieu de la manifestation était-il facilement accessible ? Le projet répond-il aux besoins du groupe cible ?

 

Autres documents qui pourraient vous aider à ce sujet :